La coopération

La coopération

La coopération est un gage de sérénité. Lorsque les enfants coopèrent, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes… L’ambiance est détendue, sereine. Un climat de respect mutuel s’installe. Le bonheur quoi…

Je vous propose 5 astuces pour y parvenir…

1. Offrez des choix (limités) à vos enfants

En offrant quotidiennement des choix aux enfants (2 ou 3), vous leur apprenez à prendre des décisions, à assumer les conséquences de leur choix. En deux mots à se responsabiliser! Une compétence qui leur sera utile toute leur vie. Vous les aidez à se focaliser sur ce qui est possible et non sur ce qu’ils ne peuvent pas avoir, ça redirige leur attention.

De plus, des enfants qui ont un petit pouvoir de décision au sein de leur famille, auront moins tendance à revendiquer un pouvoir total!!!

Exemple : (pour les petits) “Tu aimerais mettre ce pull ou celui-ci?“ ou ( pour les plus grands) “ Préfères-tu faire tes devoirs avant ou après le souper? “

2. Soyez descriptif

Personne n’aime se sentir accusé, que se soit à juste te titre ou pas; les enfants n’ont plus. Lorsque nous décrivons la situation au lieu de juger, d’accuser ou de critiquer, nous évitons de mettre l’enfant en position de défense, d’opposition, d’attaque ou de culpabilité. Cela évite de chercher un coupable et nous permettons ainsi à tout le monde de se concentrer sur ce qui doit être fait.

Non seulement vous pouvez décrire ce que vous voyez mais également ce que vous ressentez.

Exemple : “ Il y a des chaussures qui trainent dans le couloir. J’aimerais qu’elles soient rangées avant le diner.“

3. Soyez bref et concisparents submergés

Lors de conflits, pour que vos paroles soient efficaces, évitez d’argumenter, de vous justifier ou d’expliquer longuement la situation.

Lorsque vous souhaitez que votre enfant collabore pour quelque chose, résumez ce que vous voulez lui dire en une courte phrase, voir en un mot. Plus vous serez bref et concis et plus ce que vous direz sera percutant !

Exemple : “ Je n’accepte pas qu’on me parle de cette façon. Quand tu me parleras autrement, je te répondrai.“ ou encore plus court “ Penses à comment tu me parles.“

4. Les menaces, ça ne marchent pas

Une menace constitue pour les enfants un défi irresistible de faire ce qui a été défendu, pour vérifier le caractère sérieux des parents…

Peut être qu’au début les menaces fonctionnaient mais petit à petit il faut les augmenter jusqu’à ce qu’on arrive plus à les exécuter. Non seulement c’est inefficace mais en plus on en arrive à dire des choses que l’on regrette ou, que l’on ne peut tenir.

Petit exercice : remplacer le “si/sinon“ par “quand“, “lorsque“ ou encore “dès que“.

Pour quelle soit efficace, vous devez également penser à un facteur temps. Je m’explique : Si vous dites à votre enfant, qui vous bringue pour aller faire un tour en roller, que oui il n’y a pas de problème, il peut y aller quand il aura fini ses devoirs. Il râle mais obtempère. Le temps passe et il est plutôt occupé à lire sa BD que finir ses devoirs. Il fini néanmoins par s’y mettre et à 18h55, il les a fini. Mais… ça va être l’heure de manger. Que faites-vous? C’est là que le facteur temps à toute son importance!

Exemple : “ Quand tu auras fais tes devoirs, tu pourra aller faire du roller. Mais n’oublie pas qu’à 19h nous mangeons et que tu devras être de retour.“ ou “Quand tu auras fini tes spaghettis, tu pourras aller te servir ton dessert. Par contre, quand la table sera débarassée, il ne sera plus l’heure de manger quoique ce soit.“

5. Ecrire un mot

Lorsque la communication est difficile ou lorsque vous présagez que votre demande va vous attirer les foudres de votre ado, écrivez-lui un petit mot.

Ce mode de communication est très efficace lors de tensions. Toutefois, il ne remplace évidemment en rien une bonne discussion orale.

Privilégiez-le lorsque, dans la gestion du quotidien, vous avez l’impression de répéter 100x la même chose ou encore lorsque la colère ou tout autre sentiment déborde. Le fait d’écrire fait redescendre les émotions et évite de s’en prendre à la personne d’en face.

Exemple de petit mot : “ Je mets une machine en route ce soir. Penses à tes habits, si tu veux qu’ils soient lavés.“ ou “ Je serai ravie de retrouver ce soir une table débarassée…“

coaching parental néonatalUne efficacité à long terme…

Pour que ces outils pédagogiques soient efficaces, ils doivent être mis en place quotidiennement et non pas seulement dans les moments conflictuels. Vous aurez plus d’assurance en vous entrainant et vos enfants prendront l’habitude de vos nouvelles manières de procéder.

Les changements seront parfois immédiats, parfois moins… Perséverez, ne baissez pas les bras et dites vous que tout ce que vous mettez en place sont des petites graines que vous plantez et que vous récolterez un jour ou l’autre. Soyez indulgent avec vous-même et avec vos enfants, changer ses habitudes prend du temps.

Vous souhaitez en découvrir plus? Venez participer à une des formations HappyFamilies!

nnnnn
We are glad that you preferred to contact us. Please fill our short form and one of our friendly team members will contact you back.

X